En Boucle : & de Julien Doré

Un album ne se juge jamais en une écoute. Je dirais même que l’on ne peut vraiment apprécier un album à la première écoute. Aujourd’hui, il faut que les titres frappent et marche directement dans nos oreilles. La logique de l’album a du mal à survivre à notre époque de l’instantané.

Pourtant, un album c’est une construction, c’est un choix, et une suite de chansons qui s’enchainent selon la réflexion de l’auteur.

J’ai donc eu envie d’écouter en boucle & de Julien Doré pour m’en faire une idée définitive.

Pourquoi Julien Doré ?

Parce qu’il est beau d’abord. C’est vrai, avec ses superbes cheveux ondulés et son regard de cocker, personne ne pourrait résister.

La seconde c’est que son univers c’est affiné avec le temps au point de toucher souvent à l’excellence. De dandy humoristique issu de son premier album, après la nouvelle star, il est devenu personnage romantique aux chansons frôlant à l’hypersensibilité.

Et pour l’avoir vu en concert, il est très bon.

Bref, voici mes impressions :

Première écoute :

Les titres qui ressortent sont forcément Le lac et Sublime & Silence qui sont les deux titres choisis pour promouvoir l’album.

Le lac d’abord, ne mentons pas, ressemble de très près à Paris-Seychelles de son album précédent. Mais le rythme est la, et on se prend à chantonner l’air sans y prendre garde.

Sublime & Silence, frappe moins d’abord mais se révèle bien plus forte et s’entoure d’une grande mélancolie. D’ailleurs l’album est enrobé d’une forme de spleen (le mot revient dans plusieurs titres) même sur les chansons plus légères.

Coco Calîne nous embarque de sa mélodie entrainante auprès d’un amour estival et sensuel.

Après quelques écoutes : 

l’album tourne, et d’autres morceaux se font entendre.

Moonlight serenade au refrain tueur se fait écouter avec plaisir à plusieur reprise.

Caresse en est justement une, avec son air cajoleur et délicat. On se demande à qui s’adresse ce morceau…une femme ou la nature ?

Mon écho et cette phrase qui revient : Ou va le silence des rivières ?

Toujours plus d’écoute :

Des titres qui prennent de l’intérêt plus tard :

Magnolia et sa poésie presque en rime.

Romy, en Italien, certes, mais le Romy rouler avec la langue nous reste en bouche 🙂

Finalement, en conclusion :

Le titre qui me touche le plus est Caresse, qui semble une ode subtile à la nature, et son amour universel de la vie. J’ai également une affection particulière pour Moonlight serenade qui me parle dans cette peur irrationnel de l’amour.

En revanche, je n’accroche vraiment pas avec Corail. J’adore les duos de voix homme/femme, mais ici, cela ressemble vaguement à un featuring RNB sur un titre rap.

Au final, un très bel album, qu’on apprécie d’écouter en boucle, et qui nous promène dans l’univers contrasté de Julien Doré, comme on déguste un sachet de marron brulant, sous un ciel bleu, dans la froideur d’une journée d’hiver.

Je vous laisse admirer le magnifique clip de Sublime et Silence :